Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Production mondiale de mercure

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Production mondiale de mercure

Infos complementaires
Le mercure est largement utilisé dans l'industrie, les produits chimiques, les peintures, divers objets, des pesticides et des fongicides, etc.

La production mondiale de mercure représente 4,5 kilos par minute ou 74 grammes par seconde (compteur). Autrement dit la production annuelle de mercure est de 2.340 tonnes par an. La production mondiale de mercure est en baisse mais les émissions de mercure dans l'atmosphère sont, elles, en hausse.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

La production mondiale de mercure

 

 

production mondiale de mercure

 

 

 

 

La production mondiale de mercure

 

2 340 000 kilos de mercure / an

 

La production mondiale de mercure tend à diminuer.

 

La production annuelle mondiale de mercure est de l'ordre de 2.340 tonnes par an ou 0,0742 kilo par seconde (compteur).

 

Les utilisations du mercure sont en déclin mais les émissions de mercure sont en hausse.

 

bonhomme-croissance La production mondiale annuelle de mercure est passée d'un pic de 10 000 tonnes en 1970 à 6 500 tonnes en 1986, puis 3 260 tonnes en 1996 et 1 600 tonnes en 2003, en provenance principalement d'Espagne, du Kirghizstan, de Chine, et d'Algérie

 

 

En 1991, les réserves de mercure dites connues représentaient 593 400 tonnes (90 années de consommation)se répartissant alors comme suit, entre les principaux pays producteurs :

  • Espagne : 93 150 t
  • Italie : 69 000 t
  • Ex-URSS : 17 250 t
  • Mexique : 8 625 t
  • États-Unis : 6 900 t
  • Algérie : 3 450 t

 

Depuis la fermeture en 1975 de la mine Pinchi Lake (C.-B.) de Cominco Ltd., le Canada ne produit plus de mercure métallique.

 

Le mercure n'est pour l'instant plus un métal stratégique. Il l'était comme élément détonateur d'explosifs

 

L'exploitation et la production du mercure

 

Le mercure se trouve principalement sous forme naturelle comme sulfure de mercure (HgS) de couleur rouge vermillon appelé aussi cinabre. Le mercure se rencontre à l'état naturel essentiellement sous forme de sulfure rouge appelé « cinabre ». Très simple, l'extraction à partir du cinabre s'effectue par grillage du minerai à l'air :

 

 

La concentration en mercure du minerai des mines exploitées varie de 0,5 % à 5 %, avec quelques exceptions (dont autrefois à Almaden)

 

Selon le Sénat français, Le mercure est rare dans le milieu naturel : il se trouve cependant, en traces, dans les roches, parfois dans des concentrations justifiant une exploitation. Le mercure est notamment extrait du cinabre (sulfure de mercure).

 

Il existe une mine en Espagne (mine Almaden). Cette exploitation a pratiquement cessé car le recyclage croissant du mercure sur un marché déclinant rend inutile l'extraction primaire. Le mercure, comme le plomb, est utilisé depuis l'Antiquité. Ses capacités à s'associer à d'autres métaux ont été mises à profit pour extraire l'or. Le mercure a aussi été utilisé pour ses propriétés biologiques, y compris ses propriétés toxiques (comme biocide).

 


Il a été utilisé en tannerie, en médecine, pour traiter la syphilis, par exemple. Comme le cadmium, le mercure est aujourd'hui utilisé pour ses propriétés physico-chimiques. Le mercure est extrêmement volatile, réagit à la chaleur, et est un excellent conducteur d'énergie électrique. Il est utilisé dans la production du chlore et quelques produits de consommation ou de mesure (piles, thermomètres...)."

 

Le mercure est largement utilisé dans l'industrie, les produits chimiques, les peintures, divers objets, des pesticides et des fongicides, etc.

 

Le mercure en Europe

 

 

The EU is a major exporter of mercury, providing about 1,000 tonnes of the current total global supply of around 3,600 tonnes per year. The EU's mercury export is mainly surplus mercury from the EU chlor-alkali sector, which is phasing out the use of mercury, and is mostly provided through a company in Spain.



The same company has also produced mercury in Almadén (Spain) where major deposits of cinnabar have been a major source of mercury since Roman times. However, production there has been temporarily stopped since 2003. Outside the EU, the main countries that produce mercury from cinnabar are Kyrgyzstan, Algeria and China.



Mercury can also be produced by recycling waste materials, such as dental amalgam or old fluorescent light tubes. Sometimes mercury is generated as a “secondary” product alongside the production of another material, such as zinc or tin. These recycling and secondary production activities take place in a number of EU countries.



Mercury is used in a variety of applications. In the EU-15, the demand in 2003 was around 300 tonnes. The uses include dental amalgam, measuring and control equipment (e.g. thermometers), and fluorescent lamps (in which use of mercury increases energy efficiency). Mercury is also used as part of the production process by some industrial plants in the chlor-alkali sector, which produces chlorine and caustic soda, but they are in the process of phasing it out.

 

Le mercure et la pollution

 


restauration bio La production mondiale de mercure est en baisse, mais les émissions de mercure, qui est un métal toxique, sont, elles, en pleine croissance.

 

COMPARER  : Rejets de Mercure dans l'atmosphère

 

Les coupables sont l’orpaillage (35% des émissions) et la production d’énergie par combustion de charbon (24% des émissions) qui se développe rapidement en Afrique, en Amérique du Sud, et particulièrement en Asie.

 

Les amalgames dentaires pour les plombages sont aussi montrés du doigt : plus de 15 tonnes de mercure sont déposées chaque année dans la bouche des Français, soit un stock total de 100 tonnes.


En effet, le Mercure dentaire est souvent présent dans des maladies «bénignes» comme la fatigue chronique mais on le trouve souvent à l’origine de maladies «Auto-immune » comme la Sclérose en Plaques par exemple. Pour éviter tout risque, demandez à votre dentiste un traitement par des composites (matériaux de remplacement à base de résines).

Résine

Tous les articles sur le mercure

 

*

 

 

 

Toutes les statistiques sur les pollutions

 

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
© 2012 Planetoscope.com